Bhagirathi Shahi, Danseuse Odissi

Danseuse Odissi

Enfant de l’ashram depuis 2001 où elle est arrivée à l’âge de 9 ans, Bhagirathi a fait partie du groupe des petites, puis des jeunes filles, enthousiastes et passionnées, qui ont suivi Laxmi Ghimire, la première enfant accueillie par Ramchandra, en 1994, aujourd’hui danseuse professionnelle de Bharatanatyam aux USA.

Elle a ainsi participé à toutes les fêtes et cérémonies et aux diverses chorégraphies mises en œuvre par Laxmi au fil des années. « C’était ma passion d’enfance ! » dit Bhagirathi.

Ces années de passion l’ont amenée à s’intéresser de plus en plus à la danse classique indienne et à découvrir plus profondément les valeurs et la grandeur de cet art.

Elle eut un jour l’occasion de voir en spectacle « Guru Sonal Mansingh », une danseuse Odissi très renommée. Cette danse la toucha énormément, tant par la gestuelle que par les rythmes, les musiques et les paroles. Elle est l’une des 7 formes de danse classique indienne de l’état oriental d’Odisha (anciennement Orissa), une forme très évocatrice qui a inspiré nombreuses sculptures des temps anciens.

Premières impressions

Lorsque je suis arrivé à l’ashram la première fois, il était vers 8h30. C’était l’été. J’étais près de la librairie. Mama est arrivé et j’avais très peur qu’il ne veuille pas que je reste. Alors, j’étais vraiment très très heureuse lorsqu’il a accepté ma présence. Mon frère m’avait parlé de l’ashram. Il était venu travaillé à Katmandou et l’avait découvert.
Mama m’a dit d’aller manger. Ensuite, je suis allé à l’école.
Ici, j’ai aimé apprendre plein de choses à l’école.
J’avais envie d’apprendre. Chez nous, l’école n’était pas très bien.
Pour moi Mère et Sri Aurobindo sont des gardiens de l’univers. Ils nous protègent.
Mama est leur disciple. Il aide tout le monde.

Parcours

Bhagirati est aujourd’hui étudiante en Inde, au Guru Kelucharan Mohapatra Odissi Research Center, créé en 1986 pour promouvoir et propager la Danse et la Musique Odissi et pour conduire des recherches sur les diverses facettes de cet héritage culturel très riche.

Avec son école, elle a participé au Festival International de danses et musiques classiques indiennes, qui a lieu chaque année au Temple de Konark, un site classé au patrimoine mondial, situé sur les rives du Golfe du Bengale. Les musiciens et danseurs les plus renommées y participent.

Elle a également participé à la cérémonie d’ouverture des championnats asiatiques d’athlétisme en juillet 2017.

Elle a accompagné Ramchandra lors du printemps solidaire 2018, donnant de nombreuses performances et quelques ateliers,  éblouissant des centaines de personnes par sa grâce et sa précision dans les multiples détails des chorégraphies.

Artiste créatrice de mandalas

Depuis sa plus tendre enfance, Bhagirathi adore dessiner des formes et des mandalas au sol.
Elle est devenue la spécialiste de l’ashram et trace avec patience de magnifiques œuvres éphémères, faite de riz coloré et de poudre de riz, comme le font souvent les femmes dans ces contrées pour bénir les maisons et leurs habitants.