L’ashram de Katmandou est le cœur du Sri Aurobindo Yoga Mandir.
C’est là que tout a commencé. C’est le centre principal de l’organisation.

Aux pieds de Chandragiri, montagne culminant à 3000 m d’altitude, il domine la vallée de Katmandou.

Les toits des bâtiments de l’ashram offrent un très beau point de vue sur le Manaslu, le 8e plus haut sommet des Himalayas (8163 m) et sur la chaine enneigée.

L’Ashram est une véritable fourmilière, un exemple de dynamisme.

Pour être autonome et durable, le centre développe :

  • une école pour les enfants de 3 à 12 ans,
  • une ferme maraîchère et laitière en agriculture biologique,
  • un moulin, ouvert à toute cette zone de Katmandou,
  • un atelier de tissage, où naissent les châles de pashmina (duvet des chèvres de haute montagne)
  • un centre de yoga
  • un centre culturel
  • et une guest-house en pension complète pouvant accueillir les voyageurs et visiteurs.
  • En projet : un centre de soins ayurvédiques et naturopathiques

À ce jour, fin d’année 2017, l’ashram compte 90 enfants de 2 à 12 ans qui, bien sûr, vont tous à l’école de l’ashram, une trentaine d’étudiants universitaires et une trentaine d’adultes de 20 à 87 ans. 4 autres jeunes de l’ashram sont actuellement à l’université en Inde.

Les étudiants vont à l’université de 5 à 11 h du matin puis rentrent à l’ashram vers midi. Ils s’affairent ensuite aux nombreux travaux et activités qui animent le lieu et participent aux cours du soir mis en place à l’ashhram. Nombreux sont les adultes qui sont à l’ashram depuis leur plus tendre enfance !

Pour insuffler les besoins spirituels fondamentaux nécessaires à une vie harmonieuse et centrée, des méditations régulières, des chants, des partages et des enseignements spirituels, essentiellement sous forme d’histoires tirées de la tradition, sont offerts aux enfants. Il y a aussi les fêtes et rituels népalais qui ont gardé un grand sens profond et sont souvent l’occasion de partages très touchants.
Toutes les activités se déroulent ainsi dans une grande fluidité spontanée et naturelle.

Le visiteur a souvent l’impression d’une fourmilière ou chacun, du plus petit au plus grand, sait ce qu’il a à faire et vaque librement, et en toute autonomie, à ses affaires. C’est pour nous étonnant, au petit matin, de trouver une enfant de 4 ans en train de balayer les escaliers en chantonnant ! Et encore plus étonnant de voir la petite dernière (2 ans) imiter ses ainées et balayer l’entrée du bâtiment principal avec forte application et concentration.

Proche de Katmandou, l’ashram est néanmoins protégé de la pollution et du chaos qui règnent dans la ville.
C’est un bol d’air juvénile et heureux pour tous ceux qui souhaitent pratiquer le Karmayoga, jouir d’une vie communautaire vivante et vibrante, tout en prenant du temps pour soi afin de goûter la paix intérieure.